samedi 17 mars 2018 à 15h

Marche pour l'eau et pour un accueil digne de tous les exilés

En quoi ce projet est-il criminel ?
Parce qu'il faut être aveugle ou bien cynique pour croire que quelques règlements, quelques barbelés, quelques policiers de plus peuvent entamer la détermination de ces milliers d'exilés jetés sur les routes. Chaque jour qui passe nous apporte la preuve que ces damnés de notre civilisation capitaliste préfèrent périr noyés en Méditerranée, écrasés sous les roues de camions ou perdus dans la neige des cols alpins plutôt que de continuer à vivre sur les lieux de leur désespérance.
Restreindre leurs droits ne fera que les pousser dans la clandestinité et donc rendre leur survie plus périlleuse encore. Ce énième projet de loi n'a pour but que de criminaliser davantage tous ces « salauds de pauvres » à la dérive sur les routes de l'exil et les livrer à la vindicte nationaliste et xénophobe comme le pouvoir l'a toujours fait pour mieux nous diviser.

Samedi 17 mars, nous marcherons dans les rues d'Angers pour dénoncer les conditions indignes d'accueil mises en place par les pouvoirs publics des personnes qui ont dû se résigner au choix douloureux de l'exil et qui cherchent l'asile dans notre pays.
Nous dénoncerons en particulier le recul des droits des étrangers et la maltraitance institutionnelle qui se met en place à leur encontre à travers le projet de loi asile et immigration du gouvernement.
Nous mettrons en lumière cette politique indigne par l'exemple concret à Angers du refus des pouvoirs publics de donner accès à l'eau aux migrants qui ont trouvé refuge sous les toits des auto-réquisitions de La Rose et de La Romanerie.

Des personnes en souffrance habitant Angers sont actuellement volontairement privées d'eau !
Nous n'acceptons pas cet état de fait.
Par conséquent, nous appelons tous les Angevins à venir manifester leur indignation le samedi 17 mars. Puisque la ville d'Angers refuse toujours d'offrir son eau aux personnes exilées réfugiées dans les auto-réquisitions, nous irons nous-mêmes ensemble à la recherche de cette eau qui leur est défendue !

La marche débutera Place du Ralliement à 15 heures (1). Nous nous rendrons, munis de baguettes de sourcier et d'accessoires de toilette, sur les lieux susceptibles d'abriter une source d'eau potable :
la préfecture (2), le conseil départemental (3), l'hôtel de ville (4) et le siège d'Angers Loire Métropole (5). Nous déposerons alors sur les façades de ces quatre bâtiments administratifs, des messages exprimant notre demande et notre colère.

De retour sur la place du Ralliement vers 16h30, nous organiserons la distribution pour tous les participants à cette « marche pour l'eau » d'un grand verre d'Apeldère, l'eau miraculeuse de la ville d'Angers puisque capable, d'après notre maire, d'attirer les migrants du monde entier…
Les fonds collectés par cette distribution iront aider les demandeurs d'asile actuellement en déshérence à Angers.
Le tout en chansons bien sûr !

Au-delà du fait d'exiger des autorités qu'elles donnent enfin accès à l'eau à ces quelques personnes étrangères exclues et maltraitées, nous attendons bien évidemment des pouvoirs publics la mise en place de véritables conditions d'accueil, dignes et fraternelles, pour tous dans notre ville !

« La guerre économique, disait Gandhi, est une torture prolongée et ses ravages ne sont pas moins cruels que ceux que décrivent si bien les ouvrages sur la guerre. Nous nous préoccupons moins de la guerre économique parce que nous sommes habitués à ses effets mortels. Le mouvement contre la guerre est juste mais je crains pourtant qu'il ne soit voué à l'échec s'il ne s'en prend à la racine du mal : l'avidité humaine. »
Aujourd'hui, ses victimes viennent frapper à nos portes pour réveiller nos consciences. Demain, ses rangs grossiront encore davantage des victimes du changement climatique. L'irruption de ces milliers d'exclus dans nos vies « privilégiées » sonne notre dernière chance de vivre autre chose que la barbarie qui s'annonce, de faire enfin le choix d'une vraie civilisation, d'imaginer et de construire de nouveaux rapports sociaux basés sur le bien commun, l'entraide et le partage.
Eux, ont déjà tout perdu.
Nous, allons perdre le peu d'humanité qu'il nous reste,
seule règnera l'indifférence sur cette terre dévastée.
Les mains tendues de nos frères sont là avant tout pour nous questionner et pour nous rassembler.
A samedi 17 mars !
Premiers signataires de l'appel : CSSP 49 - Le CERCLE - NPA 49 - AL 49 - LEA 49 - Collectif Segréen pour la Libre Circulation des Personnes - Syndicat de la Médecine générale - la revue pratiques - Médecins du Monde Angers - …

Source : https://lecercle49.wordpress.com/
Source : message reçu le 5 mars 20h

Réagir

informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir